Concours des écrits pour la Fraternité : des lauréats à Vic-en-Bigorre et Toulouse

Manon et Corentin, lauréats de la Ligue des Droits de l’Homme

Société

Les lauréats entourés de l'équipe pédagogique, parents et délégués de la Ligue.

Les lauréats entourés de l’équipe pédagogique, parents et délégués de la Ligue.

Françoise Dumont, présidente nationale de la Ligue des Droits de l’Homme, dans l’éditorial de présentation de l’édition 2016-2017 du concours «Écrits pour la fraternité», soulignait : «Dans un moment où les conflits qui se déroulent hors de nos frontières ont aussi des répercussions dramatiques sur le territoire français, il revient à la LDH de contribuer à l’éducation à la paix qui stipule que celle-ci n’est jamais acquise. Défense des droits de l’Homme, lutte pour le respect de la diversité culturelle et contre l’impunité des criminels de guerre, dénonciation des ventes d’armes, promotion de la démocratie… les entrées dans cette thématique sont multiples».

Si Agnès Franceschi, enseignante coordonnatrice du dispositif Ulis à la cité scolaire Pierre-Mendès-France, relayait pour la 2e année scolaire, la proposition de participation au concours né dans la décennie 1990, cette année sur le thème «Du pain en temps de paix est meilleur que du gâteau en temps de guerre», c’est bien une première de voir accéder deux élèves (classes de 4e et 3e d’Ulis) de l’établissement vicquois au palmarès, précisément à la 2e place «ex æquo». Manon Deruelle et Corentin Guyot ont imaginé des lettres de poilu, la première sous le titre «Des nouvelles de ma chère femme et de mon cher fils», le second sous le titre «Une histoire de la guerre 1914-1918» ; des textes qui seront publiés dans le recueil édité par la Ligue des Droits de l’Homme.

Jusqu’à Paris

Pascal Touzanne, proviseur, et Régis Boulay, principal adjoint, avec Agnès Franceschi, ont accueilli les délégués de la section de la LDH Tarbes-Bagnères, dont le président Denis Boutin, pour des félicitations et une remise de cadeaux, en présence des parents. Agnès Franceschi le dira : «Le sujet de l’année était très difficile, Manon et Corentin peuvent être fiers du travail qu’ils ont réalisé» ; le proviseur ajoutant : «Je suis particulièrement fier pour les élèves et leur enseignante de ce prix prestigieux qui récompense leur travail, sérieux et authentique». Du côté des militants de la LDH, un souhait, celui que beaucoup de jeunes des établissements des Hautes-Pyrénées participent à ce concours. La délégation des lauréats avec leur enseignante a fait le déplacement à Paris, le 17 juin, pour la cérémonie de remise des prix.

Comments are closed.