Communiqué de la LDH Toulouse – Nuits debout

LOI DE RÉFORME DU CODE DU TRAVAIL,

VERS PLUS D’INÉGALITÉS

« NUITS DEBOUT »,

VERS UN RENOUVEAU DE LA DÉMOCRATIE ?

 

Toulouse, lundi 11 avril 2016

Le projet de loi présenté par le gouvernement « visant à instituer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actifs », est introduit par un préambule qui précise dans son article 1er, que « les libertés et droits fondamentaux de la personne sont garantis dans toute relation de travail. », mais que « des limitations ne peuvent leur être apportées que si elles sont justifiées par l’exercice d’autres libertés et droits fondamentaux ou par les nécessités du bon fonctionnement de l’entreprise et si elles sont proportionnées au but recherché ».

La Ligue des Droits de l’Homme de Toulouse ne peut concevoir que, alors qu’ils sont annoncés comme garantis dans le monde du travail, l‘exercice des droits fondamentaux soit laissé à l’appréciation et au bon vouloir de l’entreprise. Dans de telles conditions, il lui apparaît légitime que syndicats de salariés et jeunesses lycéenne et étudiante particulièrement malmenées se mobilisent.

Elle rappelle que les droits économiques et sociaux sont constitutifs des droits de l’Homme, et que c’est leur articulation effective avec les droits civils et politiques qui garantit la liberté, l’égalité et la solidarité, et permet à chacune et chacun d’exercer sa citoyenneté.

Au-delà des réactions que suscite ce projet de loi, plusieurs mouvements sont apparus à Paris, Toulouse et ailleurs sur le territoire national. « Nuit Debout » rassemble ainsi des citoyennes et citoyens de tous horizons qui débattent librement dans des rassemblements pacifiques de la dégradation de leurs conditions de vies et des politiques inégalitaires qui les frappent.

La Ligue des droits de l’Homme de Toulouse est particulièrement attentive à ces initiatives qui lui paraissent représenter un sursaut de volonté démocratique précieux dans un contexte de crise majeure de notre système politique et social.

 

Comments are closed.