Un Observatoire de l’état d’urgence se met en place à Toulouse

L’état d’urgence décrété par le gouvernement le 14 novembre est désormais mis sous surveillance à Toulouse à l’initiative de la Ligue des Droits de l’Homme. Dans le but de dénoncer les abus lors des perquisitions et des assignations à résidence.

Voir reportage FR3, lien ci-dessous:

http://france3-regions.francetvinfo.fr/midi-pyrenees/un-observatoire-de-l-etat-d-urgence-se-met-en-place-toulouse-905673.html

C’est une initiative conjointe de la Ligue des droits de l’Homme (LDH), du Syndicat des avocats de France (SAF), du Syndicat de la magistrature (SM), mais aussi de la CGT, de Solidaires, de la FSU ainsi que de mouvements citoyens.

« Ce sont les remontées des dérapages commis par les autorités lors de certaines perquisitions ou de certaines assignations à résidence sous couvert de l’état d’urgence qui nous ont poussé à créer cet Observatoire »,

explique Jean-François Mignard, militant toulousain et secrétaire général de la LDH nationale. Les assignations à résidence dans le cadre de la COP 21 de militants écologistes ont été l’élément déclencheur de la création de l‘Observatoire de l’état d’urgence.

Cet Observatoire de l’état d’urgence , décrété par le gouvernement le lendemain des attentats de Paris du 13 novembre dernier, sera mis en place dès lundi à Toulouse. D’autres observatoires, agissant en réseau avec celui de Toulouse, devraient également fonctionner dans le Tarn, le Tarn-et-Garonne et l’Ariège. Ils consisteront en la mise en place d’un numéro d’appel destiné à recueillir les témoignages des personnes estimant avoir été, dans le cadre de l’état d’urgence, victimes d’abus, d’atteintes à leurs droits ou de mesures attentatoires à leurs libertés. Des auditions seront alors menées par les Observatoires qui analyseront le contexte global et les cas particuliers repérés avant de publier un premier rapport d’ici un mois.

« Nous allons désormais surveiller les gens qui nous surveillent »,

Deux ajouts

Comments are closed.