Compte rendu de la réunion de section du lundi 14/12/2015

Compte rendu de la réunion de section du lundi 14/12/2015

1/ CR du 16/12 :
-Le CR est adopté à l’unanimité,
-les membres du nouveau bureau sont :
Marie-Claude Cavagnac, Jean Malié, Khaled Hamida, Nicolas Gombert (président), Myriam André (trésorière) et Marisol Garcia Vicente (secrétaire)
2/ Réflexions de la LDH sur les événements du 13 novembre
(Le courrier de Françoise Dumont vous est envoyé en PJ avec ce C.R.)

La première partie invite à réfléchir sur la nature et objectifs des attentats de Paris : abattre la démocratie et s’en prendre aux valeurs humanistes, ainsi qu’à une société libre et multiple.
Ce terrorisme est-t-il une conséquence du colonialisme ? D’une certaine déchéance sociale ? De l’adhésion à des théories racistes, antiféministes, etc.….
La théorie du boomerang : conséquence de la diplomatie française et son choix de guerre… ?

Les mesures gouvernementales : la LDH n’approuve pas le choix de prolonger l’état d’urgence pendant 3 mois sans contrôle parlementaire et judiciaire. En effet, ces mesures ne sauraient perdurer sans porter atteinte aux libertés fondamentales. C’est pourquoi nous serons extrêmement attentifs aux mesures qui seront annoncées dans les jours qui viennent, et à leur mise en œuvre.

La LDH affirme que, dans ce débat récurrent entre libertés et sécurité, il est illusoire de penser qu’on combattra le terrorisme en affaiblissant les droits fondamentaux. En lui-même, l’état d’urgence prévoit déjà des mesures d’exception, mais la loi votée en élargit encore l’espace :
Pendant trois mois, et sans contrôle préalable de la justice, la police pourra entrer jour et nuit chez toute personne qu’elle considérera comme « suspecte », perquisitionner lieux de travail ou domiciles, prendre une copie du contenu des ordinateurs ou des téléphones mobiles. L’assignation à résidence, avec les contraintes qu’elle implique, pourra aussi être facilitée. Dans un cas comme dans l’autre, le vague des motifs qui pourront être invoqués dépasse de beaucoup la prévention et la répression d’actes de terrorisme. Quant à la révision constitutionnelle, elle va engager les termes du contrat fondamental entre les Français : elle mérite donc du débat démocratique, contradictoire.
– Les interdictions de manifester sont arbitraires.
– La proposition de déchéance de la nationalité n’a pas de valeur dissuasive.
– Les écoutes de masse ne servent à rien, puisque les personnes étaient déjà connues et malgré tout elles ont pu agir.
Françoise Dumont, Présidente de la LDH, appelle à prendre toutes les initiatives nécessaires pour regrouper, autour de la LDH, celles et ceux qui sont attachés au respect de nos libertés. Elle rappelle que « Depuis sa création, la LDH s’est toujours battue pour la protection des libertés, parce qu’elles sont les conditions mêmes de la démocratie. Dans ce moment d’une exceptionnelle gravité, ce combat est plus que jamais le sien. Il lui revient de favoriser tout dialogue ouvert, constructif, avec l’ensemble des forces qui veulent lutter contre le terrorisme, dans le respect des règles de la démocratie, et sans stigmatisation de telle ou telle catégorie de la population ».
Quelques commentaires des membres présents :
– Il faut proposer de l’aide aux familles en détresse et organiser la lutte contre les discriminations.

– En arrivant au pouvoir en Allemagne, Hitler a aussi établit un état d’urgence ! Donc, danger d’inscrire l’état d’urgence dans la constitution. Faire sauter l’article 16 est un danger pour la démocratie ; nous nous y opposerons.
– La division des services de renseignements effectuée par Sarkozy a été catastrophique pour la gestion de la sécurité de l’Etat. De plus il a supprimé la police de proximité et il a supprimé aussi 12000 postes de fonctionnaires gendarmerie et police.
– Il y a des années qu’il y a la fracture sociale et surtout les jeunes en dérive. Lire à ce propos l’article du journal Le monde, intitulé : « Un nihilisme générationnel » (en PJ) des propos d’OLIVIER ROY, spécialiste de l’islam internationalement reconnu et Professeur à l’Institut universitaire européen, où il dirige le Programme méditerranéen.
3/ Compte-rendu des actions dans le cadre de la Coalition Climat
– En raison de l’interdiction préfectorale, la marche prévue pour le samedi 28 novembre à Rodez, s’est transformée en « Chaine humaine » avec des chants et de prises de parole, dont celle de la LDH sur les refugiés climatiques.
-Une action dans les quartiers s’est tenue les mercredis après-midi : avec une « Collecte des paroles » qui consistait à interroger les passants, surtout les jeunes en leur proposant d’exprimer quelles étaient leurs « urgences climatiques» et de les écrire sur des panneaux ou des affichettes couleurs. Les paroles ainsi recueillies étaient affichées sur la voie publique pour interpeller tous les ruthénois ou ‘touristes’ de passage. Radio Totem en a fait un reportage diffusé le lendemain.
-Un chèque de 50€ sera versé à ATTAC pour la participation aux frais de la campagne d’affichage et tracts.
4/ Création et actions du CODEX 12
– Création d’un collectif départemental contre l’extrême droite 12 qui réunit plusieurs associations et syndicats de l’Aveyron pour lancer dans un premier temps, un communiqué dans la presse pour annoncer le collectif. Des tracts ont été distribués au marché avec un argumentaire anti FN.
Suite à la publication du communiqué dans la presse, nous avons reçu des réponses des identitaires et des attaques du « Rouergat » et du FN, enfin, de toute la nébuleuse du FN.
Nous sommes très gênants pour eux parce que nous représentons la société civile. Ils ont détourné le sigle de la ligue en y ajoutant 3 triangles.
– Nous pensons continuer les actions, avec des moyens différents : chaque association peut créer un événement différent comme des cafés citoyens, etc.
Face à leurs réponses nous pensons qu’il vaut mieux ne pas réagir pour ne pas rentrer dans une polémique stérile qui d’ailleurs, ne serait pas publiée par la presse, c’est perdre de l’énergie pour rien.
– Pour la prochaine réunion, du CODEX le mardi 12 janvier à 20h, nous allons proposer aux autres associations, la création d’un secrétariat CODEX12, dont Myriam André aurait la charge.
-Marie Hélène Audouard nous enverra une nouvelle proposition de logo pour le CODEX
Bilan des élections régionales :
Contrairement à ce que laissait augurer un second tour plus incertain que jamais, ce scrutin régional n’aura donc pas été le tremblement de terre que d’aucuns imaginaient. Dimanche 13 décembre, la France retenait son souffle et s’apprêtait à voir deux, trois voire quatre régions basculer pour la première fois dans l’escarcelle du Front national.
Aujourd’hui, une fois de plus, l’écosystème politique traditionnel résiste. Comme ce fut le cas aux législatives, aux municipales et aux départementales. Mais si on regarde la marge de progression du FN, on peut constater que, plus que jamais, ce parti est au centre du jeu politique, qu’il est devenu celui dont les thématiques principales – l’insécurité et l’immigration – se sont imposées au cœur des débats.
Alors oui, le FN a certes raté son objectif, Marine Le Pen n’a pas remporté la victoire, mais tout de même : comment parler d’échec quand un parti élargit son assise électorale d’élection en élection, comme c’est le cas du FN qui, entre le premier tour des départementales et le premier tour des régionales, donc en moins d’un an, a gagné plus de deux points ? Comment parler d’échec quand ce parti, il y a une semaine, est arrivé en tête dans six régions sur treize ? Comment parler d’échec quand, au premier tour, il s’impose comme la première force d’opposition face à la gauche, devant la droite parlementaire ?
Le FN n’a donc pas vraiment été battu, Marine Le Pen est presque sure de se présenter au deuxième tour présidentiel et ils ont gagné des postes dans les régions. Les scrutins se suivent et ne cessent de le démontrer : ce déni finira par déboucher, tôt ou tard, sur une catastrophe. Et il serait profondément inconséquent de basculer dans l’interminable campagne qui se profile en 2016 sans avoir commencé à traiter les multiples colères qui se sont exprimées. A commencer par la désespérance des électeurs du Front national, tissée d’un sentiment d’impuissance face au chômage de masse, d’injustice face aux inégalités et d’abandon par la puissance publique, toutes frustrations que le parti de Marine Le Pen détourne vers la stigmatisation de boucs émissaires.
Il faudra également écouter la désillusion de l’immense masse des abstentionnistes. Ces citoyens, notamment les jeunes, qui s’accommodent de plus en plus facilement de leur éloignement de la vie démocratique.
Quelques résultats locaux : Le FN est majoritaire à l’Aubrac. A Rodez le FN à fait 18,62%= 1300 votants. A Bozouls 22,43% FN.
5/ La situation du Collectif des Réfugiés.
– L’AG a eu lieu la semaine dernière le 7 janvier : situation difficile car de plus en plus de demandes et de moins en moins de bénévoles pour les permanences. Le collectif existe depuis 17 ans et Jean Malié qui vient d’avoir 84 ans souhaite laisser sa place de responsable ; ce serait bien que quelqu’un d’autre de la ligue vienne participer au bureau, car ils sont trop de travail, ils sont débordes par les tâches matérielles, par exemple les dossiers de l’OPHPRA. On ne peut pas se permettre d’abandonner.
– D’ailleurs un problème actuel c’est que les refugiés plus récents arrivent à avoir leurs papiers, plus facilement que ceux qui sont depuis longtemps à Rodez.
– Nous continuerons le cercle de silence tous les derniers mardis du mois, à 18h place de la préfecture à Rodez ; c’est un acte fort de résistance symbolique et non violente
6/ L’accueil de réfugiés à Rodez : où en est-on ?
Cinq réfugiés irakiens sont arrivés à Rodez le mois dernier: ils font partie des 600 premiers accueillis à Berlin dans un centre d’accueil ; ils sont restés à Paris deux mois dans un centre de rétention, le temps de régulariser leur situation. Puis envoyés à Rodez par train, où ils ont été reçus dans un premier temps dans le foyer d’urgence.
Actuellement ils ont été régularisés par la préfecture et ils disposent de deux appartements à St Eloi cédés par la mairie de Rodez. Qui continue de chercher d’autres appartements en vue d’un prochain rapprochement familial pour deux d’entre eux.
Ils ont commencé à suivre des cours de français par le CRAISAF, et ils espèrent trouver du travail ; en attendant ils pourront bénéficier du RSA.
Si vous voulez faire connaissance avec eux, vous pouvez les inviter un dimanche pour qu’ils connaissent la vie d’une famille française. (Pas nécessaire d’inviter les 5, bien sûr !), (leur âge : de 25 à 46 ans) Si vous souhaitez entrer en contact avec eux, vous pouvez vous adresser à Stéphane Vervialle, directeur du foyer d’urgence qui fera suivre votre invitation. Svervialle.fhu@orange.fr

7/ Les actions à prévoir pour 2016 :
– Organisation de la rencontre avec la directrice du CADA ;
La directrice nous propose de visiter le foyer des jeunes travailleurs d’Onet le jeudi14 janvier à 18h30, rendez vous sur place. Merci de confirmer votre participation à cette visite.

– Demande d’intervention auprès d’élèves du collège de Rignac : une intervention est prévue le jeudi 14 janvier au matin pour rencontrer une classe de 3ème, dans le cadre de la réserve citoyenne organisée par le Rectorat de Toulouse. Participants : Myriam, Guilhem et Marie Claude.

– Préparation de la journée contre les discriminations de mai : réunion de préparation demain 15 décembre à 14h à la DSSPP. Le thème reste à trouver …, Jean Malié y participera.

– Réunions publiques à prévoir pour 2016 :
Thèmes possibles à envisager: les fusillés pour l’exemple, la constitution et les libertés, l’extrême droite, un film sur le leader populiste suisse, Blocher, pour le Codex

– Portes ouvertes de la section :
Le lundi 14 mars 2016 à 19h salle de réception à la MDA
Prochaine réunion mensuelle :
Le lundi 18 janvier 2016 à 20h30 à la MDA

Pour la section de Rodez-Millau
Marisol Garcia Vicente

Comments are closed.