Articles par date

octobre 2013
L M M J V S D
« Sep   Nov »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Catégories

LES ROMS AU « RENDEZ-VOUS DES GRANDS TÉMOINS »

Ci-dessous une transcription faite par Louis Drouin (Villefranche de Rouergue) d’une séquence du bulletin d’informations de France Culture de dimanche 29 septembre 2013 à 12 h 30, présenté par Antoine Marette. Du solide. Mise en ligne par jcb (Martel-Haut Quercy).

« AMa      À la fin de ce journal comme chaque dimanche « le rendez-vous des grands témoins« . Cette semaine je reçois Hervé Bourges. Bonjour Monsieur. Vous avez souhaité nous parler du débat autour des Roms.

HB       Oui, c’est un débat essentiel, crucial, qui n’est pas nouveau, qui intéresse la France mais qui intéresse aussi l’Europe. Il faut le voir en pensant au passé, avec une perspective d’avenir, et c’est pas simple parce que les gens sont le nez sur le problème, sans vouloir le régler.

AMa     On en parle à la fin de ce journal.

AMa     Le rendez-vous des grands témoins avec aujourd’hui Hervé Bourges. Vous avez été rédacteur en chef à Témoignage Chrétien, P-DG de RFI, RMC, TF1, France Télévisions et président du CSA, et vous avez souhaité nous parler cette semaine du débat en France autour des Roms. Alors dans ce dossier ce sont les maires qui ont tiré la sonnette d’alarme. Manuel Valls a relayé leur mécontentement. Est-ce qu’il a commis une faute morale en affirmant que la majorité des Roms ne souhaitaient pas s’intégrer, selon vous ?

HB       Il a sans doute dit une chose assez juste, parce que c’est une société communautaire la société des Roms, mais enfin ça ne suffit pas. Moi je voudrais aller au-delà des postures politiques et des raccourcis médiatiques, pour rappeler quand même que historiquement ce sont des populations très anciennes, qui sont venues de l’Inde, qui ont apparu en Grèce et en Europe orientale vers la fin du XIIIe siècle, et au XVe siècle en Europe occidentale. Ce sont des nomades, qui ont une langue, qui ont de la musique, magnifiée par Yves Montand par exemple dans sa chanson « mon pote le Gitan », tout le monde se souvient du grand guitariste Django Reinhardt, et Apollinaire a même chanté les Roms en parlant des cafés gonflés de fumée et qui crient tout l’amour de leurs Tsiganes. Alors Sartre est plus réaliste, il dit que c’est une population sans feu ni lieu, que ce sont des oiseaux de passage. Alors ces oiseaux de passage ça peut être de beaux albatros quand on les considère comme des successeurs ou les enfants de Django Reinhardt, ça peut être le merle chanteur, mais si on est victime de certaines agressions, cambriolages, ou si on est près de la misère que ces gens subissent et qu’ils font aussi subir à leurs voisins, c’est une pie voleuse, ça peut être le corbeau de mauvais augure. Alors, c’est tout ça les Roms : ils sont roumains, ils sont bulgares, ils sont hongrois, il y en a beaucoup en Europe et ils ont la possibilité de circuler librement en Europe…

AMa     Mais, vous le disiez, c’est un phénomène très ancien et actuellement on a l’impression qu’il y a une cristallisation de l’opinion publique…

HB       Oui mais il y a des cristallisations parce qu’il y a des élections qui vont avoir lieu bientôt, que certains se sont emparés de cette question comme ils se sont emparés des problèmes d’immigration, comme ils se sont emparés de bien d’autres problèmes, et que les politiques n’ont pas de solution parce que c’est un problème qui est un problème sûrement national, mais c’est un problème européen, c’est un problème international…

AMa     Et l’entrée peut-être de certains pays dans l’espace Schengen comme la Roumanie et la Bulgarie, ça crée de l’inquiétude.

HB       Je crois que la France et d’autres pays vont peut-être retarder cette entrée, vont s’y opposer au départ, même si ça n’a pas des conséquences considérables, parce que c’est pour les frontières extérieures Schengen, pour le moment tout citoyen, roumain, bulgare, etc. peut entrer sur tous les territoires européens et donc en France comme il le veut…

AMa     Mais pour une durée limitée théoriquement s’il n’a pas de travail.

HB       Alors il y a eu des textes qui ont été pris mais qui sont des textes provisoires, qui ne régleront pas le problème de fond. Pour le moment il y a près de 17 000 Roms comme on le sait sur 394 campements illicites…

AMa     Il y en a plusieurs millions en Roumanie.

HB       en Roumanie. En France c’est Saint-Denis, c’est Lyon, c’est Lille, et puis un peu partout et ça pose, c’est sûr, des problèmes même s’il y en a moins qu’en Italie…

AMa     Des problèmes qui sont relayés par les media.

HB       Qui sont largement relayés par les media et par les politiques qui se sont emparés de la question.

AMa     Trop ?

HB       Oui, trop à mon avis parce que ça ne règle pas le problème or le problème il doit être réglé en France, et en France on a pris une circulaire que vous connaissez, qui est plus ou moins appliquée je ne m’étendrai pas là-dessus. Je crois qu’il y a en France un premier ministre, un président de la République qui doivent se saisir de cette affaire, convoquer les principaux maires qui sont intéressés par la question, les principaux responsables des départements, des régions, tous ceux qui, du ministre de l’Intérieur à d’autres ministres, au défenseur des droits, etc., aux représentants de la communauté des Roms, parce qu’il y a des représentants, et puis qu’on essaye de trouver des solutions qui permettent à une population qui n’est pas stable et qui est sans cesse pourchassée. Parce que on veut par exemple les faire aller à l’école, c’est une excellente chose, il est indispensable qu’ils parlent français, encore faut-il qu’ils ne passent pas d’un secteur à un autre, et puis que leurs campements ne soient pas détruits et qu’ils soient obligés d’aller ailleurs sans pouvoir continuer à aller à l’école, qui est quand même le premier phénomène d’intégration. Alors là il y a un vrai problème et je pense qu’il faut s’en saisir. Et puis il faut en discuter de façon beaucoup plus sérieuse avec les pays européens. Alors il y a de l’argent qui circule de part et d’autre pour aider les pays à faire face à ces problèmes, je ne sais pas comment ces crédits sont utilisés, mais je pense que l’Europe devrait une fois pour toutes faire preuve d’une grande responsabilité et essayer de voir comment ce problème-là peut être réglé parce que c’est un problème humain, c’est un problème politique mais c’est un problème aussi qui ne peut pas se régler à coups de phrases définitives, de coups de menton et de dénonciation.

AMa     Et les phrases on les a entendues cette semaine notamment au sein du Gouvernement, avec une solidarité gouvernementale qui a volé en éclats, Cécile Duflot qui critique Manuel Valls, et aujourd’hui 16 élus socialistes qui soutiennent le ministre de l’Intérieur. Dans une tribune publiée par le JDD ils affirment que Manuel Valls ne fait qu’appliquer la loi républicaine. On sent qu’à gauche il n’y a pas d’unanimité là-dessus.

HB       Non, il n’y en a pas à gauche, il n’y en a pas à droite, et il n’y en a pas dans le pays. Et puis il y a deux catégories de gens : il y a ceux qui idéalisent le problème et qui disent ilyaka, qui disent « c’est scandaleux qu’on remette en question la dignité de ces hommes et de ces femmes », et c’est vrai mais ça ne suffit pas, parce que quand il y a aux portes de certaines villes et à côté de gens qui connaissent eux-mêmes de grandes difficultés dans leur vie, des gens qui – parce qu’ils doivent survivre – se livrent à certains actes, ou qui simplement pour des questions d’hygiène ne sont pas fréquentables – c’est ce que disent certains – eh bien il y a un problème et ce problème ne peut pas encore une fois être réglé à coups de déclarations, à coups de menton, et à coups de dénonciation.

AMa     Merci beaucoup à vous Hervé Bourges d’avoir accepté cette invitation dans « le rendez-vous des grands témoins ».»

Comments are closed.