La psychiatrie liberticide ?

Compte rendu de la Conférence donnée à Colomiers le 15/01/2011, au Comité Midi-Pyrénées de la Ligue des Droits de l’Homme par

par Olivier LABOURET
Médecin psychiatre à l’Hôpital d’Auch
auteur de « La dérive idéologique de la psychiatrie »
Conseiller scientifique d’ATTAC
membre de la LDH et de l’Union Syndicale de la Psychiatrie

La psychiatrie et la liberté :
La santé mentale est la liberté de créer ses propres valeurs et ainsi d’échapper à la servitude volontaire.
Face à la dérive sécuritaire qui mérite une réaction citoyenne, la psychiatrie a toute sa place.

La psychiatrie a pour objet l’accueil de la souffrance de celui qui est aliéné (folie), mais elle est « instrumentalisée » par le Pouvoir pour devenir une arme de contrôle social, c. à d. l’arme du contrôle des délinquants, et délinquants potentiels…

L’  « écume » de la psychiatrie:

Réduction des moyens (budget, personnel, places dans les hôpitaux),contrôle administratif pesant…
Augmentation de la violence des patients (suicides) et de l’institution (isolement, enfermement…)
Développement des moyens de surveillance (moins de personnel, mais plus d’électronique…)
Budget pour la sécurité (Sarkozy) consacré au retour des grilles, au menottage, aux rondes de police,… et la difficulté pour faire sortir les patients « stabilisés »…

Conséquence: le psychiatre ne remplit plus sa mission.

La « marée » de la psychiatrie: deux « déferlantes »

La marchandisation libérale: la psy. est subordonnée à la rentabilité (management par la peur, course à la performance…)  Conséquence,… l’indépendance des psy. disparaît, ils deviennent « gestionnaires »…

Le raz-de-marée sécuritaire: (depuis les attentats du 11spt.) « sécuritaire », « rétention », « sécurité », le psy. participe de la prévention de la délinquance à celle des risques sociaux et au fichage généralisé des populations à problèmes…

La psychiatrie « des profondeurs » :

Système symbolique, la psy. a pris le relais de la religion,… en déplaçant la souffrance sociale de la religion vers la science sociale, sous l’influence des sociologues « comportementalistes » américains.
La psy. ne se préoccupe pas seulement de soigner la maladie mentale, mais de « prévoir les déviances sociales et professionnelles » (notions de « vulnérabilité » et d ‘  « adaptation » appliquées à toutes les échelles de la société, « de la crèche,… à la maison de retraite… »).

Une politique de santé mentale qui s’applique non pas à « soigner » les troubles mentaux, mais à « les prévoir », pour qu’ils n’influent pas sur la situation économique.

Les troubles du comportement doivent s’expliquer par des dispositions génétiques (cerveau, gênes,…), il convient de les dépister dès la maternelle,… car ils seraient porteurs de délinquance future… Sarkozy n’a-t-il pas affirmé que les tendances « au suicide et à l’homosexualité » étaient d’origine génétique?
[Un exemple: la « dépression »…désormais considérée comme « une maladie du cerveau qui se traite  avec des médicaments » (donc une affaire individuelle),… on écarte toute implication économique et sociale…]

Une visée sécuritaire: on culpabilise l’individu et on déculpabilise la société.
Donc, la psychiatrie est utilisée comme un système de propagande pour « programmer l’homme parfait » dont le monde libéral a besoin: « la scienticité prédictive est un système totalitaire ».

Le projet de réforme de la Loi de 1990

Présenté par des députés UMP, il va être intégré à une vaste loi de santé mentale.

L’ « écume » ? Pouvoir du Préfet d’enfermer tout déviant avec l’avis d’un psy. sans limitation de durée,… un certificat médical suffit (au lieu de 2),… période d’observation de 78h (au lieu de 24h),… le « tiers » (parent, ami, voisin, disparaît),… le contre-pouvoir judiciaire est restreint (le Juge intervient après 15 jours)…

La « marée » ? Des médecins de plus en plus subordonnés à l’autorité administrative,… possibilité de soigner à domicile sans le consentement du patient…

La « profondeur »? «  un ministère de l’intérieur psychique? »
Une société de grand enfermement chez soi? Le « panoptique » de jeremy Bentham chez soi?
N’allons-nous pas passer « de la Psychiatrie,… à la Flic…chiatrie…? »

Les alternatives

S ‘engager! Face à cette situation de plus en plus « orwellienne » où l’opposition politique est considérée comme une maladie mentale…Face à la violence symbolique le Pouvoir veut tout faire passer dans le champ de la psychiatrie.
Il faut une délimitation stricte du pathologique car nous sommes démunis face à la souffrance.

Quel est le rôle du Psychiatre?

« Chaman » (il est du côté du « fou »!) de la civilisation occidentale, il doit faire comprendre aux gens que « leurs problèmes » ne sont pas seulement « individuels »,… que c’est le monde qui est « malade » et qu’il pousse les individus au « mal être »…
Face à l’exacerbation de la réussite individuelle, contre l’idéologie sécuritaire, pour transmettre un monde vivable à nos enfants, la « Résistance » devient vitale.

Il convient de « se distancier du discours sarkozien » (car on fait son jeu…), de « creuser la symbolique,…. et  la Parole (et non la « communication » qui est dirigée…) qui est Action… ».

Pierre CABANNE

Comments are closed.